Primary tabs
    Secondary tabs

      Financial Secrecy Index: l'art de cultiver ses jardins secrets

      Financial Secrecy Index: l'art de cultiver ses jardins secrets

      Une fois n’est pas coutume: en continuant à placer le Luxembourg, dans son plus récent Financial Secrecy Index, à la troisième place du classement des “juridictions secrètes” de la planète, le Tax Justice Network démontre une fois de plus qu’il s’obstine à ignorer délibérément tous les faits qui ne soutiennent pas ses préjugés contre le Luxembourg.

      Dans un premier classement d’après le “degré d’opacité” des juridictions, le Luxembourg sort en 46ème position, sur 71 juridictions sous revue. Ce score, qui à la rigueur pourrait même être acceptable, serait certainement encore meilleur si les auteurs dudit rapport avaient l’honnêteté intellectuelle de reconnaître qu’en appliquant une retenue à la source, le Luxembourg applique bel et bien la Directive européenne en matière de fiscalité de l’épargne, ladite retenue étant une des deux options prévues dans l’accord à côté de l’échange automatique d’informations. En revanche, les auteurs du rapport se bornent à critiquer que le Luxembourg refuse l’échange automatique d’informations.

      D’autres critiques formulées dans le rapport frôlent le ridicule. Il est ainsi reproché au Luxembourg de ne pas disposer de registre public renseignant en détail sur les trusts domiciliés dans le pays. Un tel registre n’existe effectivement pas au Luxembourg pour la simple raison qu’au Luxembourg la structure de trust n’existe pas non plus.

      Enfin, la 46ème position que le Luxembourg a obtenue dans une première étape ne semble pas avoir satisfait les auteurs du rapport. C’est pourquoi ils ont procédé à une “pondération” de ces résultats, un exercice qui a fini par propulser le Luxembourg à la troisième place du ranking. On ignore les critères exacts appliqués, mais il semble que les auteurs se sont laissés guider par la conviction que le succès économique d’un pays devrait être directement proportionnel à sa taille et que tout petit pays qui a du succès dans un domaine particulier est suspect d’office.

      Personne de contact:
      Fernand Grulms
      CEO
      fernand.grulms@lff.lu