Primary tabs
    Secondary tabs

      La faculté de droit, d’économie et de finance monte en puissance

      La faculté de droit, d’économie et de finance monte en puissance

      Cinq ans après la création de la faculté, l’esprit pionnier est maintenu. Lors de la présentation du bilan de l’année académique écoulée, le doyen André Prüm dit que le Luxembourg est devenu un carrefour pour débattre des idées. Les inscriptions sont en hausse et les publications des chercheurs de plus en plus nombreuses. Malgré l’ambiance euphorique, le professeur Prüm est conscient des dangers à éviter.

      Selon le doyen de la faculté de droit, d’économie et de finance de l’Université du Luxembourg, il ne faut pas aller trop vite et ne pas recruter trop rapidement. Il faut également éviter de créer un orchestre de solistes incapables de travailler en équipe. Le Professeur Prüm connaît cependant les remèdes à ces dangers.

      « Nous devons définir les ambitions communes de la faculté, qui doivent être le fruit d’un consensus. En plus, nous devons avoir une gouvernance qui fait la balance entre la liberté académique des enseignants et une approche entrepreneuriale pour gérer la faculté ».

      Partie du désert scientifique il y a cinq ans, la faculté de droit, d’économie et de finance compte aujourd’hui 34 professeurs, assistants-professeurs et chargés de cours. La mise sur pied d’une équipe dynamique et engagée n’est cependant pas le fruit du hasard.

      « Nous avons dès le départ décidé que nos collègues étrangers devaient être majoritaires dans nos commissions de recrutement. Ce n’était pas une décision très populaire mais à mon sens absolument indispensable pour assurer la bonne qualité de nos recrutements. Si nous n’avions pas réussi à attirer les bonnes personnes au départ, je pense que le projet aurait été mort-né immédiatement ».

      Selon le doyen, la faculté est devenue un acteur bien connu dans le contexte local et d’une certaine façon également dans une communauté scientifique internationale. « Nous attirons un nombre de plus en plus importants d’étudiants, nous naviguons aux alentours de 2000 inscriptions au début d’année », ajoute-t-il non sans fierté.

      Autre indicateur encourageant : l’université contribue à travers ses formations à enrichir le pays en lui procurant des cerveaux bien faits. Beaucoup d’étudiants pour les masters qui mettent le pied au Luxembourg pour la première fois restent pour travailler ici.

      « Nous avons un effet de brain gain ce qui est une des missions de l’université : d'attirer des jeunes gens brillants, de les former et de les garder par la suite ici ».

      L’enthousiasme affiché par le doyen de la faculté est une chose, les défis pour les années à venir en sont une autre. Le Professeur Prüm est conscient du fait que la faculté doit affiner son profil et préciser ses priorités.

      « Nous devons moderniser l’enseignement, car les étudiants sont encore trop passifs. L’étudiant doit devenir un acteur au lieu d’être un simple consommateur d’informations ». Renforcer les partenariats avec les entreprises et institutions ainsi qu’avec les universités à l’étranger est un autre défi à relever.

      André Prüm a été réélu pour un mandat de cinq ans. Le doyen de la faculté de droit, d’économie et de finance de l’Université du Luxembourg, se dit être motivé à la tête d’une faculté qui attire de plus en plus d’étudiants et qui arrive également à recruter des enseignants de renommée internationale.

       

      Bienvenue à la Faculté de Droit, d'Economie et de Finance